Rechercher

La mère de Noël

Dernière mise à jour : 14 déc. 2020


D’hier à aujourd’hui…


Si on se ramenait un peu au temps où l’amour, les oranges et les morceaux de charbon étaient ce qui composait les grandes lignes de cette fête. Avant même d’être une fête religieuse, la période de Noël était associée à la fête du solstice d’hiver, appelée *Yule*, faisant de décembre cette période où la nuit gagne sur le jour et, symboliquement, la mort sur la vie.


En fait, depuis l’Antiquité jusqu’au Moyen Âge, les « fêtes de décembre » se traduisent d’abord par la décoration des immeubles avec des plantes vertes ; ensuite, les cadeaux échangés et/ou donnés aux enfants. On y voyait principalement la joie, les festins, la fraternisation entre les riches et les pauvres et les maîtres et serviteurs.


Ce n’est qu’ensuite, au cours de la seconde moitié du XXe siècle, que la fête de Noël présente des allures qui s’éloignent du sacré pour tendre progressivement vers la sphère commerciale.


 
 

Bien ancré dans mon 2020 peu ordinaire, la mère en moi ressent ce fort appel de retour à la source, de se réapproprier cette fête comme nos ancêtres nous l’ont si bien enseigner. L’appel du retour intérieur, une force tranquille dans nos corps et dans nos cœurs.


Il est temps, temps de briser les structures établies et de s’accorder plus d’amour propre et de célébrer l’arrivée des jours plus longs et plus lumineux. Laisser droit au repos d’exister, tout simplement, sans culpabilité.

Durant les 9 derniers mois, nous cultivons et récoltons bonheur, pleurs, incertitudes, victoires et nombreuses tâches diverses. Maintenant, nos têtes ne sont plus à courir, nos têtes de décembre veulent simplement creuser un trou et se réchauffer dans une tanière, comme la nature le fait si bien. Chaque mère, chaque femme, chaque humain peut faire le choix de faire un changement pour espérer un jour faire évoluer le collectif, faire de Noël une fête d’amour, d’épanouissement et de simplicité.

 
 

Ceci est le reflet de mon engagement pour cette douce période; 

Je cesse et j’assume que je ne serais plus la mère de Noël éparpillée d’un côté et de l’autre pour avoir une maisonnée parfaitement décorée, des listes surchargées, des présents pour tous et des repas festifs chaque jour.


Je cesse de continuellement penser à tout et chacun en m’oubliant dans cette période importante de reconstruction énergétique et corporelle.


J’accepte que la mère de Noël en moi soit moins efficace et moins généreuse aux yeux extérieurs, mais ô plus respectueuse envers soi-même et en offrant à ses proches une version d’elle-même authentique, simple et plus heureuse.


Je troquerais les papiers d’emballage lustré par des tissus récupérés.


J’opterai pour des décorations trouvées en forêt plutôt que celle dénichée sur les tablettes de supermarché.


Mes présents seront de seconde main et/ou fabriquer localement. Les simples mots écrits avec le cœur pour les êtres qui nous sont chers sont tout aussi adorables à offrir.


Les lutins coquins deviendront sages et transformeront l’usine à jouets du père Noël en forêt magique.


Les repas seront simples et faits en famille, même si l’élégance n’est pas au rendez-vous, nos papilles seront ravies.


J’apprendrais à dire non lorsque les invitations trop nombreuses s’offriront à moi.

Tout ça en me pardonnant de ne pas être à la perfection, mais plutôt dans la considération de mes envies et mes désirs.


Chère mère de Noël, ose te respecter, car la mère qui naitra au printemps te remerciera.
 

 

Films pour conscientiser la famille à prendre soin de Noël et/ou environnement

  • Angela’s Christmas, 2018 / 30 min / pour enfants et famille

  • Wall-E, 2008 / 1h 37min / Aventure, Animation, Fantastique

  • Loup, 9 décembre 2009 / 1h 42min / Aventure

  • Boréal-express, 2004 / 1h30 / Animation


Avec tout mon amour Xx

Laurie-Ève L.

272 vues1 commentaire

Posts récents

Voir tout